L’établissement spécialisé aux métiers du numérique, ayant ouvert ses portes le 17 octobre, débute par la formation d’une quarantaine de formateurs ou professeurs de web. Ces derniers devront, à leur tour, former chaque année environ mille jeunes congolais.   

La cérémonie du lancement de la Grande école du numérique du Congo (Genc), un premier établissement du genre au Congo, s’est déroulée lundi à Brazzaville, en présence du Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba.

Entouré de quelques membres du gouvernement congolais, Clément Mouamba a salué une initiative visant à réduire le chômage et faciliter la diversification de l’économie congolaise. Cette formation représente un outil fédérateur indispensable, estime-t-il, elle permettra de vite former non seulement les professeurs et formateurs aux technologies web, mais également les intégrateurs et développeurs web et des applications nécessaires pour fournir et gérer les données numériques.

 « Le numérique est devenu le passage obligé de tout processus de développement. Au Congo, environ 90% de métiers seront concernés. La première étape consiste, à mon avis, à repenser la formation des animateurs de cette nouvelle économie. Car, le numérique permet de redistribuer les cartes de la réussite sociale et professionnelle pour ceux qui n’ont pas pu accéder à des compétences », a déclaré lundi Clément Mouamba.

D’après Nickya Fylla Saint-Eudes, présidente de la Genc, l’établissement dédié au métier du numérique au Congo est destiné à accueillir des jeunes congolais, des désœuvrés qui souhaitent apprendre les nouveaux métiers.

« C’est une école pour tous, n’exigeant aucun diplôme à l’entrée. Cependant, la formation est sanctionnée par un certificat de compétence reconnu. Elle apportera des solutions de reconversion et d’emplois », a souligné Nickya Fylla Saint-Eudes, indiquant que le projet de la Genc est soutenu par certaines entreprises locales, des partenaires au développement, ainsi que des grands groupes comme Google, Facebook…

Pour le ministre en charge de l’économie numérique et de la prospective, Benoît Bati, en ouvrant cette école du numérique, les promoteurs viennent de réaliser une véritable révolution pour améliorer des services tels que l’éclairage, la distribution d’eau, la gestion du trafic, la sécurité routière, les services transactionnels, les formalités administratives etc.

« Le développement de l’administration numérique augmente la rapidité, améliore la qualité de services proposés. Cette transition numérique interpelle toutes les catégories sociales, les gouvernants et gouvernés, producteurs et consommateurs », a ajouté le ministre Benoît Bati, qui s’engage à soutenir les activités de l’établissement.

Après la visite guidée des locaux de l’établissement, les promoteurs de la Genc ont annoncé l’ouverture d’une deuxième école à Pointe-Noire, dont la cérémonie est prévue  ce 19 octobre. Trois autres écoles seront également créées à Ouesso (Sangha), à Dolisie (Niari) et à Oyo (Cuvette).

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href=""> <abbr> <acronym> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Send a Message