Le vice-président  de  la grande Ecole numérique du Congo (GENC), Serge Nicolas a  indiqué le 30 janvier à Brazzaville, dans une interview exclusive à Vox Congo, que cette structure   met  un accent accru  dans sa pédagogie interactive  sur la formation pratique  qui occupe près de 90%  d’enseignement. Les cours théoriques  n’occupent que  10%.  Ainsi, 45 formateurs ont été formés pour transmettre  à leur tour des  connaisseurs  aux adultes et  jeunes aux métiers numériques, nécessaires pour leur insertion  professionnelle.

Serge Nicolas a précisé que la GENC est la mise en évidence de son partenariat  avec Digischool, une plate-forme ayant un chiffre d’affaires de plus de  100 millions d’euros (plus de 65,5 milliards de francs CFA) qui permet  gratuitement à de milliers de personnes  d’avoir des informations en ligne ou à la quête d’orientations. Cet accord de partenariat a été officialisé lors de la cérémonie  de  remise de diplômes aux 45 formateurs de  GENC, entre Antoni Kuntz et les responsables de la GENC.               

Poursuivant ses propos, le vice-président a fait savoir que   la GENC et  Digischool s’associent pour se  développer  mutuellement en Afrique. Outre le Congo, ils ont des ambitions de  s’installer  au Gabon, au Cameroun, au Nigeria et au Maroc. Pour matérialiser  sa vision en République du Congo, la GENC  s’est focalisée d’abord sur la formation des formateurs.

Ainsi, sur 45 formateurs, 19 ont obtenu leurs diplômes et ont été jugés aptes à enseigner. Parmi les 26 restants,  13 n’ont pas  reçu de diplômes car très en dessous de la moyenne des aptitudes requises pour enseigner dans le numérique ; Ils devraient être réorientés dans l’administration de la GENC. Par contre les 13 autres seront  soumis à une formation supplémentaire et vont continuer  dans un système  d’exercices pratiques   accélérés jusqu’à ce qu’ils aient assimilés les enseignements  attraits au numérique. Ensuite ils passeront des examens de rattrapage pour confirmer leur aptitude à enseigner.

S’agissant des critères de sélection des formateurs, Serge Nicolas a laissé entendre que  ceux-ci ont été élaborés en connivence avec  le ministère de l’Enseignement  technique et professionnel, de  la formation  qualifiante et de l’emploi, sur la base notamment de  l’aptitude  pédagogique. La formation en informatique, avoir le niveau  master, en ce qui concerne les formateurs.  Tandis que la sélection des apprenants  nécessitent entre autres être de nationalité congolaise, être âgé d’au moins de 18 ans ; être déscolarisé, désœuvré ou en quête  de reconversion.

La spécificité de la GENC, a relevé  à cette occasion son vice-président, réside dans la formation basée plus sur la pratique à raison de 24 saisons de 20  élèves tous les trois mois. Afin de permettre  au Congo  de devenir  l’un des plus grands  pays africains dans le domaine numérique. C’est pourquoi la grande Ecole  ambitionne de s’installer après Brazzaville et Pointe-Noire à Oyo, localité située à près de 400 km au nord  du Congo  et  Dolisie, chef-lieu du département  du Niari dans sud-ouest. 

Fondée à l’initiative du ministre  de  l’Enseignement  technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Antoine Thomas Nycephore Fylla Saint Eudes, la GENC  qui a débuté ses activités en juillet  2016, a pour objectif de former 1000 personnes aux métiers du numérique au Congo, d’ici fin 2017.

Source : vox.cg

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href=""> <abbr> <acronym> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Send a Message